Suivez-nous

Leïla Gaudin

La Fabrique Chaillot

À propos de Leïla Gaudin

Leïla Gaudin fabrique, interprète et enseigne la danse-théâtre. Entre 2003 et 2008 elle se forme au jeu au conservatoire du 5ème arrdt de Paris, à la danse contemporaine et à la biomécanique à New York, et s’initie au bharatanatyam en Inde. Dans le même temps elle conçoit et réalise un projet pédagogique dans les Andes boliviennes, travaille en danse et théâtre avec W. Büchler, K. Workum, W. Rawls et C. Altomare et est modèle vivant pour le dessin, la photo et la peinture. En 2009 elle obtient une bi-licence en lettres modernes et théâtre.
Elle créé cette heure du matin en 2009, solo qui n'a cessé de tourner depuis. En 2011 elle fonde NO MAN’S LAND. Dans ce cadre elle créé et tourne des spectacles en France et à l’étranger, mène des ateliers auprès de public variés et organise des débats de société. En 2011 elle bénéficie de la bourse d’écriture chorégraphique de l’Association Beaumarchais-SACD. En 2014-15 elle suit la formation Prototype II à l'Abbaye de Royaumont.
Elle est interprète ponctuelle pour Grand Magasin, M. Rey, L. Débarnot, M. Mortier, S. Elbadawi et met en scène le concert en appartement de C. Colluste. Elle participe au livre Danser la peinture dirigé par le photographe L. Paillier et le critique de danse P. Verrièle. Elle est regard extérieur pour la réalisatrice S. Arnold, les cies L’infini turbulent, Fictions collectives et Alcyone.
Leïla Gaudin s'est toujours intéressée aux normes sociales, que ce soit pour s'y conformer, ou les déconstruire.​

À propos du projet

APPELEZ-MOI MADAME est un quatuor participatif qui traite d’identités de genre, écrit pour trois femmes et un homme.  
APPELEZ-MOI MADAME c'est une fête, un enterrement de vie de jeune fille avec tous ses clichés : karaoké, stripteaser, déguisements, trop nombreux shots... Sous le signe du girl power.
Ces trois femmes réinventent ce qui fait une femme : cet homme cherche quel homme il est. Le spectacle déborde dans la salle, invite le public à l'échange. Tendrement, la fiction se mêle de la réalité, pour caresser de nouveaux possibles.