Rocío Molina

Rocío Molina
Rocío Molina
Crédits :
Antonio Pizarro

Dans le cadre de nos résidences pluriannuelles d’artistes, nous accueillons à partir de 2015 l'une des danseuses et chorégraphes les plus douées de la nouvelle génération du flamenco, Rocío Molina.

 

Née en 1984, Rocío Molina s’initie à la danse dès l’âge de trois ans. En 2001, elle entre dans la compagnie de María Pagés et termine brillamment sa formation au Conservatoire royal de danse de Madrid en 2002. En 2005, elle présente son premier spectacle Entre parades, puis El Eterno Retorno. En 2006, elle crée Turquesa como el limón en duo avec Laura Rozalén. En 2007, elle déshabille sa danse et montre le flamenco nue dans Almario. Ensuite, elle crée,
entre autres, Oro Viejo (2008), Vinática (2011) et Afectos (2012).

 

Considérée comme l’une des meilleures bailaoras d’aujourd’hui, Rocío Molina a reçu de nombreuses récompenses, dont le Prix national de danse pour « son apport à la rénovation de l’art flamenco, sa souplesse et sa force comme interprète capable de dominer avec liberté et audace les registres les plus divers ».
 

Le public de Chaillot a découvert Rocío Molina en 2008 avec Mujeres et l’a retrouvée l’année suivante avec Cuando Las Piedras Vuelen, puis, en 2013, avec le solo Danzaora lors de la première Biennale d’art flamenco. En mars 2015, lors de la deuxième édition de ce festival, elle danse aux côté de la danseuse de hip Honji Wang dans le spectacle Fealhikum de Sébastien Ramirez et reprend son spectacle Bosque Ardora, créé à Séville quelques mois auparavant.

 

En 2015/2016, la chorégraphe est artiste associée au Théâtre National de Chaillot. Elle présente deux impulsos ou improvisations publiques dans le Grand Foyer de Chaillot. En novembre 2016, elle créé à Chaillot  Caída del Cielo.