Saison 2015 / 2016
Danse | Pour la jeunesse

Kader Attou
The Roots

The Roots
The Roots
Crédits :
Julien Chauvet
Les extraits ! L'interview !

 

 

Il fut l’un des premiers, avec son complice Mourad Merzouki, à ouvrir les chemins d’un hip hop à la française. Deux décennies plus tard, le chorégraphe Kader Attou rend avec The Roots un magnifique hommage à cette danse, interprété par onze danseurs au sommet de leur art. Éblouissement garanti !

 

Pour Kader Attou, retrouver ses racines n’implique aucune crispation identitaire. C’est au contraire renouer avec la diversité des courants, le métissage des influences et la mixité des codes qui l’ont nourri. Au travers de ses rencontres avec le hip hop, le contemporain, le kathak ou le flamenco, il n’a cessé de renouveler son esthétique, de Douar à Petites histoires.com. Tout en poursuivant la même interrogation : comment, du mouvement, naît l’émotion ?

 

À cette question, The Roots répond par un formidable voyage en plusieurs tableaux sur les chemins de la mémoire. Le décor est vite planté : une table, un vieux fauteuil, un tourne-disque et un vinyle crépitant, souvenirs d’une enfance ordinaire. Chaque morceau, Brahms, Colette Magny ou un titre électro, déclenche la danse. Et quelle danse ! Spectaculaire, elle est portée par onze interprètes d’excellence, tous riches de leur singularité.

 

Il y a là tous les fondamentaux du hip hop : figures de break, jeux de jambes, vitesse et tensions, offerts avec une générosité époustouflante. Mais il y a surtout une mémoire sensible des corps, une vision humaniste de la danse et une forme d’autobiographie gestuelle qui vont droit au coeur.

 

Pour le directeur – depuis 2008 – du Centre chorégraphique national de La Rochelle, la technique, aussi virtuose soit-elle, n’est jamais une fin en soi. Ce qui compte avant tout, c’est l’empreinte émotionnelle laissée par la danse chez celui qui la regarde. Pari réussi, ô combien, avec ce spectacle qui fait de l’histoire du hip hop un récit universel. / Isabelle Calabre

Infos pratiques

DU 23 AU 30
DÉCEMBRE 2015

 

DÉCEMBRE
20h30 MER 23, SAM 26, MAR 29, MER 30
19h30 JEU 24
17h VEN 25
15h30 DIM 27

 

Salle Jean Vilar
Durée 1h30

 

Tout public
à partir de 12 ans

 

Direction artistique et chorégraphie Kader Attou
Scénographie Olivier Borne
Peintures originales Ludmila Volf
Création sonore originale Régis Ballet – Diaphane, augmentée de musiques additionnelles
Lumières Fabrice Crouzet
Costumes Nadia Genez

 

Avec Babacar « Bouba » Cissé, Bruce Chiefare, Virgile Dagneaux, Erwan Godard, Mabrouk Gouicem, Adrien Goulinet, Kevin Mischel, Artem Orlov, Mehdi Ouachek, Nabil Ouelhadj, Maxime Vicente

 

Production CCN de La Rochelle / Cie Accrorap, direction Kader Attou
Coproduction La Coursive, scène nationale de La Rochelle / MA scène nationale – Pays
de Montbéliard
Avec l’aide de CNCDC Châteauvallon dans le cadre d’une résidence de création

Hors abonnement

 Grille des tarifs A hors abonnement

 * Un accompagnateur gratuit pour 15 élèves

Abonnement

 Grille des tarifs A dans la formule d'abonnement

** 3 à 6 spectacles pour les spectateurs ne résidant pas en Île-de-France

 

A savoir

  • Justificatifs exigés pour les tarifs réduits 
    (carte d'identité pour l'âge, attestation de moins de 3 mois pour les bénéficiaires de minima sociaux, attestation Pôle emploi de moins de 3 mois pour les demandeurs d'emploi)
  • Des frais de location d'un montant de 2 € par place s'ajoutent aux prix ci-dessus
    si vous réservez par internet.
  • Les billets ne sont ni remboursés ni échangés, sauf en cas d’annulation de notre fait.