Saison 2015 / 2016
Danse

Thomas Lebrun
Avant toutes disparitions

Avant toutes disparitions
Avant toutes disparitions
Crédits :
Frédéric Iovino

Extrait du spectacle

 

Reportage vidéo

            

                                 

                    

Avant toutes disparitions voit Thomas Lebrun questionner sa danse dans une pièce pour douze interprètes, une création de « longue haleine » pour reprendre ses propres mots. Une communauté autant qu’une pensée en mouvement.

 

De La jeune fille et la mort à Lied Ballet, deux récentes créations saluées et invitées à Chaillot, Thomas Lebrun trace son sillon, celui d’une danse qui ose la recherche gestuelle et la musicalité avouée. Son travail au plus près des interprètes permet au chorégraphe installé désormais à Tours de ciseler chaque mouvement. Avant toutes disparitions est une promesse sous la forme d’un opus en deux temps.

 

Le premier réunit des solistes, pour beaucoup des compagnons de route de Thomas Lebrun. Il est question de conviction et de survie : « Celles d’un peuple, d’une communauté, d’une esthétique, d’une pensée, d’une croyance. Un affrontement, une prise d’espace radicale, ancrée », explique le chorégraphe. Il évoque également « ces corps qui nous apparaissent encore vivants, pleins de leurs combats internes et discrets, essentiels à leur existence ».

 

Avant toutes disparitions se déploiera dans une seconde partie autour de quatre danseurs : Odile Azagury, Daniel Larrieu, Anne-Sophie Lancelin et Thomas Lebrun lui-même. Le chorégraphe a voulu réunir ces danseurs puissants et partager avec eux le plateau. Du corps et de ce qui en émane, dans le combat ou dans la sérénité, ils glissent l’espace d’une trêve.

 

Pour Thomas Lebrun, il s’agit « d’être vivant par cette danse, essentielle à chacun de nous, avant qu’elle ne disparaisse, autour... » Une déclaration à un art éphémère aux yeux de certains, universel pour d’autres. Et la preuve du talent serein de Thomas Lebrun. / Philippe Noisette

 

Autour du spectacle

Grande classe Avec Thomas Lebrun - ANNULÉ
Bords de plateau à l’issue de la représentation du 19 mai

Infos pratiques

DU 17 AU 20 MAI 2016

 

MAI
19h30 JEU 19
20h30 MAR 17, MER 18, VEN 20
 

Salle Jean Vilar
Durée 1h30

 

 

CRÉATION À CHAILLOT
 

Chorégraphie Thomas Lebrun
Musiques David Lang, Julia Wolfe, Michael Gordon, McKinney’s Cotton Pickers
Création musicale Scanner
Lumières Jean-Marc Serre
Costumes Jeanne Guellaff
Scénographie Thomas Lebrun
Son Mélodie Souquet
Régie plateau Xavier Carré

Avec Odile Azagury, Maxime Camo, Anthony Cazaux, Raphaël Cottin, Anne-Emmanuelle Deroo, Anne-Sophie Lancelin, Daniel Larrieu, Thomas Lebrun, Matthieu Patarozzi, Léa Scher, Yohann Têté, Julien-Henri Vu Van Dung

Production Centre chorégraphique national de Tours
Coproductions Théâtre National de Chaillot, Les Quinconces-L’espal, scène conventionnée du Mans, le Vivat, scène conventionnée danse et théâtre d’Armentières

Production réalisée grâce au soutien de la SPEDIDAM et de la Région-Centre Val de Loire.

Le Centre chorégraphique national de Tours est subventionné par le Ministère de la Culture et de la Communication – DGCA - DRAC Centre-Val de Loire, la Ville de Tours, le Conseil Régional Centre-Val de Loire, le Conseil Départemental d’Indre-et-Loire. L’Institut français contribue régulièrement aux tournées internationales du Centre chorégraphique national de Tours.

 

 

Avec le soutien du
Manège de Chaillot

 

Hors abonnement

 Grille des tarifs A hors abonnement

 * Un accompagnateur gratuit pour 15 élèves

Abonnement

 Grille des tarifs A dans la formule d'abonnement

** 3 à 6 spectacles pour les spectateurs ne résidant pas en Île-de-France

 

A savoir

  • Justificatifs exigés pour les tarifs réduits 
    (carte d'identité pour l'âge, attestation de moins de 3 mois pour les bénéficiaires de minima sociaux, attestation Pôle emploi de moins de 3 mois pour les demandeurs d'emploi)
  • Des frais de location d'un montant de 2 € par place s'ajoutent aux prix ci-dessus
    si vous réservez par internet.
  • Les billets ne sont ni remboursés ni échangés, sauf en cas d’annulation de notre fait.