Saison 2016 / 2017
Danse

Batsheva Dance Company / Ohad Naharin
Last Work

Last Work
Last Work
Crédits :
Gadi Dagon

 

 

 

Retrouvailles au sommet avec la Batsheva Dance Company et Ohad Naharin, son directeur artistique. Last Work, nouvel opus, est une chorégraphie d’émotions et d’inventions, une oeuvre en prise avec son temps. Attendez-vous à l’inattendu.

 

Il faut un talent fou pour surprendre son public à chaque nouvelle création : Ohad Naharin est de cette trempe d’artistes entiers et généreux qui composent avec l’impatience de leurs admirateurs. Le chorégraphe semble repousser une fois de plus les limites de sa danse avec la Batsheva Dance Company, troupe dont il assure la direction artistique. Fidèle à Chaillot – où les spectateurs ont pu voir Sadeh 21, Decadance Paris et Naharin’s Virus – la compagnie israélienne présente cette saison Last Work.

 

Dans un décor réduit à sa plus simple expression, les interprètes émergent peu à peu, alternant mouvements au ralenti et gestuelle furieuse. On reconnaît sans mal la technique qu’Ohad Naharin a baptisée « gaga » : des corps comme disloqués, une agilité unique, une virtuosité maîtrisée. Last Work est énigmatique et tout à la fois engagée. Un drapeau ou un fusil en disent parfois plus qu’un long discours. Mais c’est encore et toujours sa gestuelle si particulière qui bouscule nos certitudes, qu’elle soit robotique ou sensuelle.

 

Les danseurs, comme une tribu sans maître, déploient l’étendue de leurs capacités sans jamais sombrer dans la démonstration. Last Work est à la fois un pur moment de chorégraphie et une ouverture sur le monde. Des figures quasi énigmatiques habitent cette création perturbant notre regard. Et c’est bien là toute la force d’Ohad Naharin : nous tenir en haleine soixante-cinq minutes durant tout en nous faisant réfléchir. Portée par les dix-huit danseurs de la Batsheva Dance Company, Last Work risque bien de vous laisser groggy : la beauté de l’écriture en mouvement d’Ohad Naharin est à ce prix. / Philippe Noisette

 

 

 

Infos pratiques

DU 8 AU 16 JUIN 2017
JUIN

 

15h SAM 10

15h30 DIM 11
19h30 JEU 8, JEU 15
20h30 VEN 9, SAM 10, MAR 13, MER 14, VEN 16

 

Salle Jean Vilar

Durée 1h05

 
 

 

 

 

 

 

Chorégraphie Ohad Naharin

Lumières Avi Yona Bueno (Bambi)
Son Maxim Warratt
Musique originale Grischa Lichtenberger
Scénographie Zohar Shoef
Costumes Eri Nakamura
Assistants à la chorégraphie et au son Ariel Cohen, Guy Shomroni
Musique Sagat, Hysterics, MPIA3, Monkey, Luminox

 

Avec William Barry, Yael Ben Ezer, Matan Cohen, Bret Easterling, Hsin-Yi Hsiang, Chunwoong Kim, Rani Lebzelter, Eri Nakamura, Ori Moshe Ofri, Nitzan Ressler, Or Meir Schreiber, Kyle Scheurich, Maayan Sheinfeld, Yoni Simon, Amalia Smith, Bobbi Jene Smith, Zina (Natalya) Zinchenko

 

Production Batsheva Dance Company – Tel Aviv
Coproduction Festival Montpellier Danse 2015 / Hellerau, European Center for the Arts – Dresden

Avec le soutien de la Batsheva New Works Fund et de la Dalia and Eli Hurvitz Foundation, ainsi que le soutien spécial des American Friends of Batsheva
Avec le soutien des services culturels de l’ambassade d’Israël en France

Avec le soutien de la Fondation BNP Paribas

 

Site internet de la Batsheva Dance Company et sa Page Facebook (en anglais)

 

Sadeh 21, extraits

 

Naharin's Virus, extraits

Hors abonnement

Grille des tarifs B hors abonnement

 * Un accompagnateur gratuit pour 15 élèves

Abonnement

Grille des tarifs B dans la formule d'abonnement

** 3 à 6 spectacles pour les spectateurs ne résidant pas en Île-de-France

 

A savoir

  • Justificatifs exigés pour les tarifs réduits 
    (carte d'identité pour l'âge, attestation de moins de 3 mois pour les bénéficiaires de minima sociaux, attestation Pôle emploi de moins de 3 mois pour les demandeurs d'emploi)
  • Des frais de location d'un montant de 2 € par place s'ajoutent aux prix ci-dessus
    si vous réservez par internet.
  • Les billets ne sont ni remboursés ni échangés, sauf en cas d’annulation de notre fait.